Institut de recherche aéronautique Zitteraal

En 1944 L’Allemagne nécessita une soufflerie supersonique. Il était important de pouvoir tester les composants des roquettes et avions à accélération rapide tels que le nouveau chasseur me-262. C’est pourquoi fin 1944 un groupe d’ingénieurs allemands débuta la construction d’une soufflerie aérodynamique dans la ville d’Ötztal, dans l’ex-Autriche. Le tunnel aérodynamique d’un diamètre de 2,43 m. permettait d’obtenir des vents d’une vitesse proche de la vitesse du son.

L’eau de la rivière Ötztal  était acheminée par un tunnel et une turbine hydraulique alimentait la soufflerie hydrodynamique au pied de la montagne. Les turbines hydrauliques devaient générer 75 Megawatts, ce qui était suffisant pour obtenir la puissance requise.

3500 travailleurs forcés, dont des prisonniers russes furent mis à la tâche pour faire sauter, creuser et piocher la roche afin de construire les installations. Leurs conditions de vie déplorables dans les camps entrainèrent la mort de nombre d’entre eux. Le projet prévoyait l’achèvement du tunnel à l’Automne 1945 et le travail se poursuivit jusque fin Avril 1945.

Toutes les installations secrètes allemandes situées dans des tunnels recevaient des noms de code évoquant les animaux marins et celle d’Ötztal reçut pour nom de code « Zitteraal » ou Anguille électrique. En Août 1945 tout l’équipement fut démonté et transféré à Modane en France. Il était  opéré par l’agence française de recherche spatiale ONERA. Ce tunnel aérodynamique est toujours en usage et est le plus large de sa catégorie.