Usine d’armement Richard B5

Début de 1944, les Alliés ayant pris la suprématie aérienne sur l'Allemagne, les grandes villes industrielles étaient bombardées presque quotidiennement. Dans un effort pour assurer la continuité de la production, les entreprises les plus importantes de l'industrie allemande furent déplacées vers des mines nouvelles ou existantes dans le sud de l'Allemagne.

En République tchèque, les Allemands commencèrent à agrandir l'ancienne mine de calcaire de la ville de Litoměřice. Ils établirent un centre pour recevoir les travailleurs forcés du camp de concentration de Flossenbürg, et environ 3.000 travailleurs furent forcés de travailler dans ces mines. Quand les travaux prévus seraient terminés, il y aurait trois usines installées dans les souterrains avec un tunnel pour les relier entre elles.

En décembre 1944, un tiers de l’unité Richard I étant à peu près terminée, c’était suffisant à la société Auto Union AG pour démarrer la production de moteurs. Ces moteurs étaient fabriqués principalement pour équiper le gros char d’assaut Tiger. Avec 20.000 mètres carrés excavés et 30 kilomètres de galeries creusées, Richard I était devenue l'une des plus grandes mines d'Europe.

Richard II avait une superficie de 15.000 m², destinée à la société Osram. Elle produisait des tubes électroniques pour les systèmes radar et les recherches sur les fusées. Richard III qui devait abriter une grande raffinerie pour la production de carburant synthétique, n'a jamais été mise en service.

Nombreux sont ceux qui pensent que, peu de temps avant la fin de la guerre, les Allemands avaient fermés des zones de la mine afin de cacher des projets secrets aux soviétiques dont les troupes avançaient. Il y a beaucoup de mystères entourant les usines souterraines près de Leitmeritz.

Beaucoup croient que les souterrains cachent encore des trésors artistiques volés dans toute l'Europe, y compris la Chambre d'ambre de Leningrad. Bien sûr, de nombreux chasseurs de trésors ont essayé de localiser ces œuvres d’art, mais une grande partie des souterrains est toujours minée. En 1962, un incident s'est même produit où l’explosion d’une mine a dégagé une petite quantité de gaz toxique.

Depuis 1964, l'espace souterrain qui était appelé Richard II est utilisé pour le stockage de matières radioactives provenant de la médecine, de la recherche et de l'industrie. L'entrepôt a une capacité de 8.400 m² et devrait être utilisé jusqu'en 2070.

La seule trace du camp de concentration, construit pour 18.000 internés, est le crématorium qui sert aujourd'hui à commémorer les quelques 5.000 personnes qui y ont perdu la vie.