Fabrique aéronautique REIMAHG - Lachs

Début 1944 les alliés possédaient la maîtrise de l'air au dessus de l'Allemagne et les grandes villes industrielles allemandes étaient bombardées quotidiennement. Dans un effort destiné à maintenir la production à tout prix, une partie de l'industrie de guerre allemande fut déplacée vers des mines existantes ou nouvelles dans le Sud de l'Allemagne et l'Autriche.

Le chasseur allemand le plus moderne était le Messerschmitt me-262 et il fut décidé de construire une usine dans une ancienne mine à Walpersberg près de Kahla pour sa production en série.

La fabrique fut baptisée Flugzeugwerke Reichsmarschall Herman Goering (Fabrique aéronautique maréchal de l'air Herman Goering): REIMAHG. Toutes les usines construites dans les mines existant alors reçurent des noms de code faisant référence à des poissons et REIMAHG reçut le nom de code "Lachs" ou saumon.

Au Printemps de 1944, 15.000 travailleurs dont la plupart esclaves, furent pris dans les camps de concentration pour travailler à l'extension des tunnels existants dans la mine. Les tunnels furent élargis et plusieurs grands bunkers furent construits à l'extérieur de la mine.

REIMAHG devait devenir la plus grande usine souterraine de toutes couvrant presque 150.000 m². Au sommet de la montagne une piste d'envol de 1.000 mètres fut construite. Les installations furent disposées de sorte que les avions assemblés puissent être complétés dans la mine avant d'être tractés vers la piste d'envol.Ils devaient alors décoller, et parcourir une centaine de kilomètres jusqu'à une usine ou se faisait l'installation des derniers équipements nécessaires avant que l'avion puisse être opérationnel. Plusieurs usines souterraines de la région de Kahla fournissaient à REIMAHG divers composants nécessaires à la production.Parmi celles-ci Schneehase à Kamsdorf et Pikrit à Krölpa.

Au mois d'Avril 1945 seuls 27 chasseurs avaient quitté l'usine.Quand les Américains arrivèrent le 12 Avril 1945 ils achevèrent l'assemblage de 5 appareils supplémentaires. Ceux ci, ainsi que les plans et les techniciens furent emmenés avant l'arrivée des soviétiques dans la région en Juillet.

En 1947, les Russes firent sauter les bunkers et l'entrée de la mine. La piste fut supprimée également. Aujourd'hui une exposition sur la région raconte l'histoire des 1.000 travailleurs esclaves qui périrent à REIMAHG et entretient le souvenir.