Base de missiles V1 Brécourt - Wasserwerk II

En juillet 1943, dans un secteur utilisé depuis les années 30 par la marine française comme grand dépôt de carburant pour la base navale de Cherbourg, la Luftwaffe commença la construction de la structure censée être nécessaire, à ce moment là, pour lancer la toute nouvelle arme, La fusée V-2. Ce plan fut abandonné fin 1943, et ,en janvier 1944, il est décidé de transformer le site pour en faire la plus grande base de lancement de bombes volantes V-1. Les allemands appelèrent cette base WasserwerkII, elle devint l'un des 4 grands sites de lancement construits dans le nord de la France. Ils étaient prévus pour le conditionnement et le tir de bombes V1 en direction de l'Angleterre. Aucune de ces bases ne fut terminée avant que l'avance alliée qui suivi le débarquement de Normandie ne stoppa les travaux.

L'installation de Brécourt étaient prévue d'être terminée à l'été de 1944, elle était assez grande pour abriter 300 V1. Le pas de tir était pointé sur Bristol et Cardiff, il était entouré d'un bunker de protection en béton armé de presque 80m de long qui aurait dû atteindre 500 cm. d'épaisseur.

Stockage, conditionnement et abris des équipes étaient assurés par le dépôt de la marine française. La base était enterrée à 6m sous terre ce qui lui offrait une excellente protection contre les bombardements aériens.

Les alliés avaient connaissance des travaux, mais n'ont jamais considéré ce site comme une menace, il ne fut donc pas bombardé.

Aucun V1 ne fut jamais lancé depuis le site de Brécourt, et, le 17 juin 1944, la zone fut prise par les troupes américaines. Plus tard, le site reçu la visite du premier ministre anglais, Winston Churchill.

Le site de Brécourt (un terrain militaire appartenant à la Marine Nationale Française) n’est visitable qu’un seul jour dans l’année, lors de la « Journée du patrimoine » (le troisième week-end de septembre).