Batterie d’artillerie ferroviaire E685 Auderville

A l’angle Ouest de la péninsule de Cherbourg, près de la ville d’Auderville, les allemands débutèrent la construction en 1943 d’une batterie d’artillerie. Les canons, deux pièces de 203 mm. montées sur rails étaient de conception moderne. Ils avaient été fondus par Krupp l’année précédente et avaient une portée de 37 km. Les canons étaient installés sur une plaque tournante donnant un champ de tir de 360° et étaient capables d’une cadence de tir d’un obus toutes les deux minutes.

Une casemate de protection en maçonnerie et des bunkers à munitions furent coulés près des canons, avec d’autres bunkers destinés au personnel des batteries et à la protection rapprochée du site. Les canons ouvrirent le feu lors du débarquement Allié du 06 Juin 1944 (Jour J). Les américains atterrirent au sud-est de la péninsule de Cherbourg à UTAH BEACH et après plusieurs jours de combats acharnés débutèrent leur marche vers l’importante ville portuaire de Cherbourg. A Valognes, ils se trouvèrent sous le feu de la batterie qui était à présent utilisée comme artillerie de soutien par les Allemands.

Les canons ne pouvaient arrêter l’avance rapide des Américains et après l’isolement complet de la péninsule le 18 Juin et compte tenu de la supériorité navale des Alliés, il n’était plus possible pour les Allemands de retirer les canons. Le combat continua donc et le 25 Juin les canons ouvrirent le feu contre une patrouille Alliée mais sans succès. A ce moment la batterie se trouvait prise sous les bombardements Alliés et la position fut abandonnée.

La bataille de Cherbourg fut âpre et prit fin le 1er Juillet 1944 quand les dernières troupes Allemandes se rendirent. Mais avant de se rendre les Allemands procédèrent à la destruction des installations portuaires de telle sorte qu’il fut impossible d’y débarquer les chargements des gros navires avant la fin Août 1944.