Batterie d'artillerie de Veinesodden

Au cours de l'été 1942, l'armée allemande a cdébuté la construction d'une batterie de canons à Veinesodden, tout au nord de la Norvège. Les cinq canons (français) étaient d'un calibre 155 mm avec une portée de presque 19 kilomètres.

Les canons étaient placés en anneau ouvert et fixés dans le béton, quant aux servants et aux munitions, ils étaient à l'arrière, dans des bunkers. La plus grande partie des munitions était stockée dans un cavité creusée dans le substrat rocheux.

La batterie était servie par une équipe de 140 soldats et fut, durant les deux années suivantes, continuellement renforcée en matériel. Parmi ce matériel, un vieux char FT Renault français, dont les vestiges sont encore visibles aujourd'hui.

À l'automne 1944, les forces allemandes du nord de la Norvège furent repoussées plus à l'ouest par l'Armée rouge. Après que la Finlande, en septembre 1944, eut signé un cessez-le-feu avec la Russie, une retraite massive de l'armée allemande débuta. 200 000 soldats allemands ont réalisé l'opération Nordlicht (Northern Lights) au cours de laquelle tous les postes furent abandonnés et les maisons, les ponts et les routes détruits. Tout ce qui aurait pu tomber entre les mains de l'Armée rouge fut enlevé. 45 000 Norvégiens furent forcés d'évacuer la zone et plus de 10 000 maisons, églises, fermes, écoles, etc. furent brûlés. Les animaux furent abattus, les bateaux de pêche coulés et plus de 20 000 poteaux téléphoniques mis à terre. De plus, les cultures furent brûlées et de grandes zones défoncées.

Dans le cadre de ce retrait, quatre des canons ont été démontés et évacués en octobre 1944, d'abord à Harstad et à côté de Mele sur Andøya. Le dernier canon a été détruit en même temps que d'autres parties de la batterie.

Après la capitulation des Allemands, les civils sont revenus peu à peu et en septembre 1945 les dernières troupes russes ont quitté le nord de la Norvège.