Batterie de canons côtière Lindemann

Baptisée du nom d’Ernst Lindemann, le capitaine du cuirassé Bismarck qui avait péri l'année précédente, la construction de cette batterie commença en 1942 à Sangatte, juste à l'ouest de Calais.

Cette batterie était composée de trois canons de 406 mm, canons "Adolf" qui avaient été récupérés de la Batterie d’artillerie Schleswig Holstein en Pologne. Ces canons avaient, avec un obus de de 600 kg, une portée de 56 km. L’obus standard pesait 1030 kg et dans ce cas, sa portée était de 43 km. Le fût de ces canons, de 20 mètres de long, avait une durée de vie de 250 à 300 coups. Les canons eux-mêmes étaient installés dans des bunkers séparés, réalisés en béton armé ayant jusqu’à quatre mètres d'épaisseur.

Ces canons bombardaient régulièrement le sud-est de l'Angleterre. Pendant les deux années où ils ont été opérationnels, ils ont envoyé plus de 2 200 obus par dessus de la Manche en direction de l'Angleterre.

La batterie Lindemann disposait des canons les plus puissants du Mur de l'Atlantique, ce qui en faisait une cible privilégiée pour les bombardements alliés et pour des duels d'artillerie par dessus de la Manche. Les bombes alliées n’eurent aucun effet sur les grands bunkers, mais le 4 septembre 1944, un obus anglais a réussi à frapper l'un des canons. Le 21 septembre 1944, la zone fut bombardée par 400 à 500 bombardiers alliés et une autre canon fut détruit. Le dernier canon fut mis hors service lorsque les soldats canadiens eurent conquis la batterie le 26 septembre 1944.

Dans les années 1980, la zone fut utilisée pour le stockage des remblais lors de la construction du tunnel sous la Manche. Les trois grands bunkers ont été partiellement enterrés, mais il est encore possible de voir des traces de la batterie, ainsi que des cratères provenant de nombreux obus et bombes alliés.