Batterie côtière de Kiberg

Durant l’été de 1941, la Marine Allemande commença la construction d’une batterie tout près de la ville de Kiberg, à 10 km. au sud de Vardø, dans le nord de la Norvège. Les 3 canons, appelés Scharnhorst, Moltke and Gneisenau, dataient de la première guerre mondiale et avaient un caliber de 280 mm. Ils pouvaient tirer un obus de 284 kg. à une distance de 34 km.

Les tubes furent installés en tourelles, sur des plate-formes en béton avec un écran de camouflage. Equipage et munitions étaient abrités dans un bunker situé à l’arrière. Le site était opérationnel à l’été 1942.

En janvier 1943, la batterie coula un sous-marin soviétique, et, en juillet de la même année, une tentative russe de débarquement au nord de la position fût repoussée.

Durant l’été et l’automne de 1944, les forces allemandes du nord de la Norvège furent repoussées vers l’ouest par l’Armée Rouge. Suite à l’armistice russo-finlandais, une retraite générale commença. L’opération Nordlicht (Lumières du nord) vit 200 000 soldats allemands se retirer en pratiquent une campagne de terre brûlée. Toutes les positions abandonnées, les maisons,  les ponts, les routes furent détruits.

Tout ce qui pouvait s’avérer utile à l’Armée Rouge fût emporté, 45 000 norvégien furent emmenés de force et plus de 10 000 maisons, églises, fermes, écoles etc. furent brûlées. Les animaux furent abattus, les bateaux de pêche coulés et plus de 20 000 poteaux téléphoniques coupés. En complément, les cultures furent brûlées et de grandes zones minées. Durant cette retraite, les canons de Kiberg furent détruits par leurs équipages en octobre 1944.

Après la capitulation allemande, les civils Norvégiens commencèrent à rentrer chez eux et en septembre 1945, les dernières troupes soviétiques  quittaient le nord de la Norvège. L’armée Norvégienne nettoya alors les positions et retira ce qui restait des armes et des munitions.